Le focus du mois : Nouvelle monnaie nationale pour le Salvador: le Bitcoin

533
Imprimer

Depuis le 7 septembre dernier, le Bitcoin a pris la place du dollar au Salvador. Dorénavant, toutes les entreprises et tous les commerçants, qu’ils soient des restaurants ou des boutiques, n’acceptent que le Bitcoin comme forme de paiement. C’est une première mondiale! En revanche, seulement 30% de la population a un compte bancaire donc le dollar continuera d’être utilisé malgré cette nouvelle loi.

Pour encourager son peuple à dépendre du Bitcoin, le gouvernement a offert $30 à tous ceux qui se sont inscrits sur le portefeuille numérique “Chivo,” qui permet de convertir instantanément le Bitcoin aux dollars américains et vice versa. Plus de 200 distributeurs Chivo se trouvent dans les villes du pays. D’après le chef d’Etat, l’adoption du Bitcoin permettra à la population d’économiser $400 millions de frais bancaires. Par ailleurs, le pays a annoncé qu’il a acheté ses premiers 200 Bitcoins, une réserve de fonds de $150 millions afin de garantir la convertibilité automatique. 

Le président salvadorien, Bukele, a justifié cette décision en expliquant que ce changement va attirer de l’investissement venant de l’étranger et favoriser des services financiers moins chers. Malgré cela, il reste des risques importants à considérer. Le Bitcoin est connu pour ses fluctuations (qui peuvent partir d’un seul Tweet) ce qui peut être très dangereux pour l’économie du Salvador ($26 milliards). Le ministre de la Finance a expliqué que cela ne devrait pas poser de problèmes grâce à Chivo. De plus, le système décentralisé de la cryptomonnaie ouvre les portes aux transactions anonymes et illicites, comme le blanchiment d’argent ou le paiement de rançons.  

Du côté de la population, certaines entreprises accueillent ce changement à bras ouverts. En revanche, 80% de la population salvadorienne n’ont aucune, ou peu, confiance en cette cryptomonnaie. Beaucoup ont opposé cette décision en manifestant dans plusieurs villes. Une des raisons majeures qui a causé cette opposition est le salaire: ils ne veulent pas que leur salaire soit libellé en Bitcoin dû aux importantes fluctuations. Une autre raison est le manque de communication de la part du gouvernement, le secteur privé n’a pas été consulté, ni les syndicats; cette décision a été imposée à la population.

De plus, beaucoup ne se sentent pas prêts à adopter cette nouvelle monnaie. Une grande partie de la population n’a pas de smartphone, qui sont indispensables pour les paiements cryptos ainsi que pour les conversions entre le dollar et le Bitcoin. Même parmi ceux qui ont un smartphone, tous n’ont pas de forfait téléphonique donc le smartphone devient inutile pour effectuer des transactions.