Edito – Ils innovent pour un e-commerce plus vert…

968

Le modèle de la vente en ligne divise par quatre les émissions de gaz à effet de serre, selon une étude d’Estia pour la Fevad. Il y a cependant encore beaucoup d’efforts à faire dans le secteur e-commerce afin d’atteindre l’objectif d’une économie 100% circulaire en France d’ici 2020, et afin de réduire la pollution liée aux livraison express.

Le dernier kilomètre de livraison est généralement le plus polluant, puisque la livraison à domicile passe nécessairement par le transport routier. Face à ce problème, des solutions de livraison plus propres émergent, comme l’usage de voitures autonomes ou des livraisons en points de collecte. 

Les emballages nécessaires pour le transport des colis sont également au coeur du débat. Certaines entreprises se démarquent pour limiter le nombre de déchets d’emballage, par exemple les entreprises de logistique chinoises Suning Logistics et Cainiao ou la startup de livraison de repas Deliveroo.

Enfin, de nouveaux modèles d’économie circulaire permettent de prolonger la durée de vie des produits. Les places de marché d’occasion, de location et de reconditionnement se sont ainsi multipliées au cours de ces dix dernières années.  Remy Lemoigne, fondateur et dirigeant de Gate C, une société de conseil spécialisée en économie circulaire, nous explique dans l’entretien du mois les opportunités de l’économie circulaire pour les e-commerçants.

Inspirez-vous dans ce Lab Fevad des entreprises qui innovent pour un e-commerce plus vert.

Bonne lecture !

Lire la News Innovation du LAB Fevad n°36 de novembre 2018

 

PARTAGER