Revue du web – LES CHATBOTS : WEEKENDESK, FACEBOOK, AMAZON

3288

WEEKENDESK, LE LEADER DE LA VENTE EN LIGNE DE WEEKENDS JOUE AVEC LES BOTS POUR LA SAINT-VALENTIN 

Le géant américain de l’automobile Ford a profité du Mobile World Congress 2017 pour présenter son van futuriste et confirmer l’attrait des marques automobiles pour le concept d’“auto-livraison” (“autolivery”) ; concept qui prend de l’ampleur et promet d’impacter le secteur de l’e-commerce de manière durable.

Il s’agit d’une camionnette de livraison électrique sans chauffeur et capable d’activer une flotte de drones pour ramasser et déposer des colis dan

Créé en 2008, le site de réservation se positionne comme le leader de la vente en ligne, en France et en Belgique, des week-ends et des courts séjours. L’objectif : faciliter les projets de courts séjours de nos clients, pour démocratiser le week-end et qu’in fine, ils s’offrent un véritable break ! Présent en France, en Belgique, aux Pays-Bas, et depuis peu en Espagne (octobre 2010) et en Italie (mars 2011), le concept Weekendesk est basé sur le couplage d’une prestation hôtelière à des activités, afin d’offrir aux clients une sélection de packages «clés-en-main».

Le lien avec les Chatbots? Le lancement, pour la Saint Valentin de Weekender, un chatbot qui pose des questions aux internautes via Facebook Messenger pour cerner leur profil et leurs attentes. Il les conseille ensuite sur les destinations les plus adaptées et qui leur ressemblent. «Nous avons choisi de lancer notre bot pour que nos clients puissent avoir un point de contact à tout moment, un nouveau canal de relation client, complémentaire à ceux existants (call center, réseaux sociaux, etc). L’outil pourrait être déployé pour la fête des mères / pères et d’autres grands événements », précise Mélanie Marcombe, directrice France de Weekendesk.

Ainsi Weekendesk est un exemple d’intégration d’un bot comme outil de recommandation intelligente afin de toujours améliorer et personnaliser l’offre.

FACEBOOK INVITE LES BOTS DANS VOS CONVERSATIONS

Le lancement des group bots par Facebook est un événement majeur dans la sphère de l’intelligence artificielle. Le géant, qui dénombre plus de 2 millions de messages échangés par mois avec des bots sur ses plateformes, vient de lancer de nouvelles extensions de chat permettant à l’utilisateur d’inviter des bots dans ses conversations de groupe. Au lieu d’un conversation avec un robot, les robots s’invitent dans les conversations avec vos amis.  Ils peuvent ensemble regarder le sport avec le nouveau bot de Score’s news, collaborer sur l’élaboration d’une playlist sur Spotify, choisir l’hôtel de leurs prochaines vacances entre amis, le réserver via SnapTravel, ou encore trouver le meilleur prix pour les billets d’avion sur Kayak.

L’engouement pour ce nouveau service ne s’est pas fait attendre puisque le site e-commerce Rue21 annonçait le 18 avril le lancement d’un styliste virtuel alimenté par mode.ai accessible via la nouvelle extension Messenger. L’utilisateur peut interagir avec le styliste virtuel au sein d’une conversation de groupe ou d’un message privé avec le bot. Yahoo, la NBA ou encore Subway ont aussi exprimé leur souhait de se joindre à la plateforme.

AMAZON REND ACCESSIBLE ALEXA AUX DEVELOPPEURS

Dans son discours d’ouverture, Reed Hastings décrit un futur proche marqué par l’omniprésence du mobile, tendance largement prise en compte par le géant des vidéos à la demande dans la définition de sa stratégie. Cependant, le PDG a ajouté que Netflix se concentrait davantage sur les histoires incroyables à raconter que sur la taille de l’écran. Leur défi est d’assurer que le contenu proposé soit aussi génial sur n’importe quel écran utilisé par leurs clients.

Par ailleurs, les services de télévision en ligne sont clairement la prochaine étape pour les entreprises de contenu comme Netflix et ses concurrents. Le PDG se disait « très enthousiaste » à l’idée d’être précurseur dans ce domaine. Lorsque tous les services de télévision s’effectueront via Internet, Reed Hastings prédit que son entreprise aura la plus grosse part du marché.

Que se passera-t-il dans cinq, dix ou vingt ans avec Netflix? Hastings a déclaré que “la technologie est très difficile à prévoir”. L’expérimentation est la clé:Nous apprenons et nous nous adaptons plutôt que de nous engager dans une seule direction. Nous sommes flexibles et nous apprenons à mesure que nous avançons.

D’ici 20 à 50 ans, nous allons entrer dans une «Intelligence Artificielle sérieuse», les choses se compliquent”, a déclaré Hastings. Le PDG a suggéré qu’il était possible que les humains soient augmentés par l’intelligence artificielle, ou que l’IA dominera le reste du monde. Dans ce cas, se soucier du contenu de Netflix deviendra un problème secondaire. « Est-ce que nous serons divertissant, ou allons-nous divertir l’IA? » plaisantait Hastings.

Source 01.net

PARTAGER