L’interview du mois : Maud Behaghel, Directrice Senior de la Stratégie Groupe de Vinted

714
Imprimer

Nous avons interviewé Maud Behaghel, Directrice Senior de la Stratégie Groupe de Vinted, une plateforme de vente de vêtements de seconde main. Maud Behaghel nous explique comment les plateformes e-commerce proposent des solutions à la perte de pouvoir d’achat des consommateurs, notamment grâce à la seconde-main.

1/ Pourriez-vous présenter votre entreprise et ce qui a inspiré son concept ?

Vinted a été fondé en 2008 à Vilnius, en Lituanie, par Milda Mitkuté et Justas Janauskas.  Alors qu’elle déménageait et devait se séparer de plusieurs de ses vêtements, Milda a créé avec l’aide de Justas un site web lui permettant de vendre une partie de sa garde-robe à ses amies : ce site a connu un succès instantané en Lituanie. En 2019, Vinted est devenue la première licorne du pays. Vinted Marketplace est aujourd’hui la plus grande plateforme de vente de vêtements de seconde-main entre particuliers en Europe : elle rassemble un nombre croissant de membres, avec aujourd’hui plus de 75 millions de membres au sein de 18 pays d’Europe et d’Amérique du Nord.

L’ambition de Vinted est de faire de la seconde-main le premier choix à l’échelle mondiale. Son modèle vise à encourager une évolution des habitudes de consommation vers un modèle plus circulaire, en proposant un outil sécurisé et facile d’accès permettant de dénicher facilement des vêtements de seconde-main et de donner à sa garde-robe une deuxième voire une troisième vie.

Nous croyons en l’utilisation de ce qui existe déjà. C’est pourquoi nous créons des moyens simples pour que les gens puissent acheter et vendre des vêtements qui ont déjà un peu vécu. Ce faisant, nous minimisons l’impact de l’industrie de la mode sur notre environnement et aidons chacun à tirer un peu plus de profit des choses dont il n’a plus besoin.

2/ Selon vous, de quelles manières une plateforme d’e-commerce comme Vinted permet-elle de mieux répondre à la baisse du pouvoir d’achat des consommateurs qu’un magasin physique ?

Nos équipes travaillent dur pour que notre plateforme soit aussi facile d’utilisation et sécurisée que possible. Ces deux éléments donnent en effet un accès facile et instantané à la seconde-main, qui est bien souvent plus abordable que les vêtements de première main. Nous sommes en effet convaincus qu’au-delà de son format de plateforme, c’est bien la seconde-main qui répond aux préoccupations économiques des consommateurs. L’application Vinted, dont l’utilisation est facile au quotidien, est un réel atout pour faciliter le passage à la seconde main et en faire un réflexe.

3/ Quelles sont selon vous des manières innovantes pour des plateformes d’e-commerce de pallier la perte de pouvoir d’achat de ses consommateurs ?

Se tourner vers l’économie circulaire ! Des marketplaces comme Vinted peuvent effectivement permettre aux gens d’atténuer l’impact de l’inflation sur leur porte-monnaie, en vendant les objets dont ils n’ont plus besoin ou leur permettant d’acheter à un prix moindre des articles dont ils ont besoin. Si la seconde-main peut constituer une réponse aux préoccupations environnementales des consommateurs, c’est également une solution de long-terme pour préserver leur pouvoir d’achat.

4/ Pensez-vous que l’offre d’une plateforme d’e-commerce comme Vinted est adaptée à tous types de clientèle ?

Nous pensons que les produits d’occasion doivent être une option accessible à tous, partout : c’est d’ailleurs notre ambition, faire de la seconde-main le premier choix !  Ainsi, aux débuts de Vinted, notre membre-type était une femme entre 18 et 25 ans.  Aujourd’hui, la tranche d’âge moyenne a évolué vers les 20-35 ans et nous voyons de nouveaux profils gagner en importance sur notre plateforme, comme les hommes et les profils familiaux. Ces deux catégories sont en constante augmentation, participant ainsi à la mise en place d’un cercle vertueux grâce au nombre croissant d’articles proposés à la vente pour ces deux publics. La seconde-main leur permet en effet d’économiser de l’argent ou d’acheter des articles qui seraient autrement trop chers. 

5/ La seconde main est-il selon vous une réponse seulement temporaire à la perte de pouvoir d’achat des consommateurs ?

Chez Vinted, nous sommes convaincus que la seconde-main, et plus généralement l’ensemble des solutions qui permettent d’allonger la durée de vie d’un vêtement, est une des réponses aux préoccupations tant économiques qu’environnementales des consommateurs sur le long terme. Si la seconde-main permet de préserver le porte-monnaie des consommateurs, elle ne peut cependant pas être la seule solution concernant le pouvoir d’achat. D’autres options doivent être envisagées, comme celle d’une consommation plus sobre. Nous devons aller de l’avant et continuer à réinventer nos modes de consommation, ensemble, en tant que société : chez Vinted, nous sommes prêts à faire humblement notre part en faisant de l’occasion le premier choix.