Réduire l’impact carbone de sa logistique : diagnostic, bonnes pratiques et solutions

1165
Imprimer

42 millions de Français achètent en ligne et en 2022, 2,3 milliards de transactions ont été réalisées sur internet (produits et services confondus)1, ce qui représente environ 1 milliard de colis par an2. Ces activités génèrent un impact carbone et plus généralement environnemental non négligeable, estimé à 1 million de tonne de CO2 d’après l’ADEME3.

En parallèle, les préoccupations environnementales sont grandissantes chez les consommateurs, les e-commerçants et l’ensemble de l’écosystème. Ces derniers sont des parties prenantes de cet impact à travers les modes de consommation, les sites logistiques ou encore les moyens d’acheminement. En témoigne notamment la charte d’engagements volontaires pour la réduction de l’impact environnemental du commerce en ligne. Lancée en 2021 par le ministère de la Transition écologique, elle a été signée depuis par une quarantaine d’acteurs du secteur.

L’impact carbone ne touche en effet pas seulement le transport et concerne toute la chaîne logistique (l’approvisionnement, les stocks, les bâtiments, etc.), alors comment diagnostiquer cet impact et le quantifier de manière précise ? Quelles sont les sources d’émissions et les leviers potentiels de l’industrie ? Quelles sont les bonnes pratiques et les recommandations ?

Nous avons fait le point lors d’un webinaire dédié avec :

  • Edouard Chabrol, dirigeant de Cubyn, solution de fulfillment et livraison à destination des e-commerçants
  • Pierre-Louis Crepet, consultant climat chez Magelan, cabinet de conseil spécialisé sur les enjeux climatiques et environnementaux

Les enjeux de la décarbonation

Les contraintes réglementaires :
  • Application des quotas carbones européens au transport routier à partir de 2026.
  • Mise en place de la CSRD (Corporate Sustainability Reporting Directive) à partir de 2024. Les sociétés devront publier des informations détaillées sur leurs risques, opportunités et impacts matériels en lien avec les questions sociales environnementales et de gouvernance (empreinte carbone et trajectoire de réduction pour les entreprises concernées).
L’évolution des critères suivis par les investisseurs :

De plus en plus d’investisseurs sont attentifs aux critères environnementaux comme la réalisation de bilan carbone sur les 3 scopes, les objectifs de réduction de l’empreinte carbone à court-terme ou encore la nomination d’un responsable climat en interne.

Zoom sur les 3 scopes d’émissions :

Quand on parle de bilan carbone, les scopes sont une classification destinée à évaluer les différentes émissions de gaz à effet de serre. Elles sont encadrées par le GHG Protocol (Green House Protocol).

Scope 1 : Les émissions directes générées par l’entreprise et ses activités dans le cadre de la production d’un produit ou d’un service.

La définition de l’ADEME : « Les émissions directes provenant des installations fixes ou mobiles situées à l’intérieur du périmètre organisationnel, c’est-à-dire émissions provenant des sources détenues ou contrôlées par l’organisme […] ».

Scope 2 : Les émissions indirectes liées aux consommations énergétiques par l’entreprise/

La définition de l’ADEME : « Les émissions indirectes associées à la production d’électricité, de chaleur ou de vapeur importée pour les activités de l’organisation. »

Scope 3 : Les autres émissions indirectes en amont ou en aval de la chaîne de valeur de l’entreprise.

La définition de l’ADEME : « Les autres émissions indirectement produites par les activités de l’organisation qui ne sont pas comptabilisées au scope 2 mais qui sont liées à la chaîne de valeur complète comme par exemple : l’achat de matières premières, de services ou autres produits, déplacements des salariés, transport amont et aval des marchandises, gestions des déchets générés […] »

L’évolution des consommateurs :

Les consommateurs aspirent à des achats plus responsables, pourtant, les contraintes budgétaires ne les permettent pas toujours. En effet, 78% des Français se mobilisent en faveur de la consommation responsable (+2 pts). Quant à la part de Français étant indifférent à la consommation responsable, elle a baissé de 2 points, passant de 14% à 12%.4

Mesurer son impact carbone pour mieux avancer :

La mesure ou le bilan carbone d’une entreprise permet d’identifier les émissions CO2 générées par ses activités (par exemple : les déplacements, le chauffage, l’achat de matériel, etc.), mais aussi celles des autres gaz à effet de serre (CO2, CH4, N20, etc.). Cette mesure permet également d’identifier les dépendances aux énergies fossiles. Le calcul est donc une première étape pour établir un plan d’action puis fixer des objectifs chiffrés et suivre la progression.

Quel périmètre de calcul chez un e-commerçant ?

Le périmètre de calcul de l’impact carbone ne se limite pas aux transports mais à l’ensemble de la chaîne de valeur.

Les émissions liées aux opérations :
  • L’entrepôt : électricité, équipements, déchets, etc.
  • Les bureaux : numérique (parc IT, cloud, …), fournitures, services, etc.
  • Les déplacements (domicile-travail et professionnels)
  • L’alimentation des collaborateurs
Les émissions de la chaîne de valeur en amont :
  • Les emballages (cartons, palettes, etc.)
  • Le fret amont
Les émissions de la chaîne de valeur en aval :
  • Le fret aval
  • Les déplacements du client
  • L’empreinte du produit vendu (fabrication et utilisation)

En fonction des postes et des sources d’émissions, certaines données sont plus complexes à quantifier comme le transport, le déplacement des clients ou encore l’empreinte des produits vendus. Il est donc nécessaire de collaborer avec les différents acteurs de la chaîne de valeur.

Les actions à mener pour réduire l’empreinte carbone :
Le choix des leviers d’action doit prendre en compte :
  • L’impact potentiel sur la réduction des émissions
  • La faisabilité par rapport aux contraintes
  • Les potentiels gains financiers associés
3 exemples d’actions possibles à mener pour les e-commerçants, en fonction de l’impact CO2 et de la complexité de mise en œuvre :
  • Limiter le recours au fret aérien
  • Réduire le vide dans les colis
  • Optimiser le chargement des camions

Pour aller plus loin, retrouvez dans le replay et le support PDF,  les leviers d’actions Cubyn, des pratiques ou encore un focus sur la conduite du changement en interne. 

 

Voir le replay du webinaire [réservé aux adhérents]

Désolé ce contenu est reservé aux adhérents

Si vous êtes adhérent vous pouvez y accéder simplement en vous connectant à votre compte MyFEVAD. Si vous n'êtes pas adhérent et que vous souhaitez obtenir des informations sur l'adhésion à la FEVAD, n'hésitez à nous contacter contact@fevad.com.

1 Fevad, bilan e-commerce 2022

2 Rapport « Pour un développement durable du commerce en ligne », Février 2021

3 Étude ADEME « Commerce en ligne : Impacts environnementaux de la logistique, des transports et des déplacements », Avril 2023

4 Greenflex-ADEME, Baromètre de la consommation responsable, 2023