Le focus du mois : Quelles alternatives à la carte bancaire traditionnelle ?

445
Imprimer

Les e-commerçants ont de plus en plus de choix pour offrir une expérience de paiement sans friction et sécurisée.

Parmi les alternatives à la carte de crédit sous sa forme traditionnelle, le portefeuille électronique se glisse au premier rang grâce à son expérience d’achat sans friction proposée par des géants de la tech comme Apple Pay ou Paypal. Selon une étude de FIS, les portefeuilles numériques représentaient 48,6 % de la valeur des transactions mondiales de e-commerce en 2021 – soit un peu plus de 2 500 milliards de dollars. FIS prévoit que ce chiffre continuera à augmenter pour atteindre 52,5 % de la valeur des transactions en 2025. En seulement deux ans – entre 2017 et 2019 – le nombre d’utilisateurs de portefeuilles électroniques dans le monde a explosé, passant de 500 millions à 2,1 milliards. En Europe, 26,4 % des paiements par e-commerce dans la région ont été effectués à l’aide d’un portefeuille électronique en 2020 (DPD).

La tendance du paiement différé, le “Buy Now Pay Later” (BNPL) transforme également de plus en plus les habitudes de paiement et devient une alternative au paiement par carte de crédit classique, surtout chez les jeunes. Déjà utilisée par 16% des 18-34, cette nouvelle offre de paiement est plus « formatée » pour les jeunes consommateurs que les classiques paiements en 3 ou 4 fois. D’après CB Insights, actuellement, 75% des utilisateurs de ce service sont des Millennials et des Gen Z qui veulent éviter les frais encourus lors de paiement avec cartes de crédit. Pour les e-commerçants, le Buy Now Pay Later a l’avantage de favoriser l’acte d’achat tout en offrant des options de contrôle et de pilotage des dépenses personnelles.

 

Attention ! Si le support du paiement change, cela reste pour l’essentiel encore des paiements carte. En revanche, la directive européenne DSP2 a également contribué à l’émergence d’une nouvelle alternative aux transactions par cartes: les virements instantanés.  Entrée concrètement en vigueur après plusieurs reports d’échéance courant 2020, la DSP2 vise à harmoniser la réglementation sur les paiements au sein de l’Union Européenne. Son objectif est de moderniser les services de paiement en Europe au profit tant des consommateurs que des entreprises, de faciliter l’usage des moyens de paiement innovants et de renforcer la sécurité des opérations de paiements des entreprises grâce des obligations d’authentification renforcées. Cette directive force notamment les banques à développer des API rendant accessibles à des acteurs tiers les données de leurs utilisateurs pour proposer de nouveaux services d’information ou de paiements. Suite à la DSP2, les paiements via “open banking” ou virements instantanés connaissent une croissance discrète mais rapide en Europe. En effet, ils offrent une expérience client qui ne nécessite pas de saisie des données de carte de crédit, et permettent d’éviter les frais dûs aux intermédiaires. Ces nouvelles solutions de paiement, déjà très présentes en Asie mais aussi dans certains pays européens, devraient connaître des évolutions importantes dans les prochaines années. Le projet de wallet européen EPI devrait en grande partie être conçu autour de solutions des virements instantanés.