Focus – les géants chinois, modèle de plateformisation le plus abouti

1007

Généralement définis par le terme « BATX » – les géants de la tech chinois font référence au moteur de recherche Baidu, à la plateforme de e-commerce Alibaba, le réseau social Tencent et le constructeur de smartphones Xiaomi. C’est un parallèle au terme « GAFA » qui désigne les géants américains de la tech.

Un maillage flexible

Cependant, les BATX sont bien plus qu’un seul cœur de métier. Alibaba, par exemple, a dépassé le statut de plateforme de e-commerce avec des divisions d’affaires dans les services financiers (via une filiale indépendante, Ant Financial qui a lancé le portefeuille mobile Alipay, entre autres), les médias digitaux (avec la plateforme de streaming Youku), les services de cloud (Alicloud) et d’autres essais comme le service de cartographie Autonavi.

Pour comprendre les BATX, il faut analyser leur stratégie d’écosystème collaboratif qui demande un investissement colossal dans des partenariats inter-industrie, des acquisitions et des investissements dans des entreprises qui peuvent fournir des capacités complémentaires. En créant un écosystème flexible – et surtout évolutif – les BATX ont réussi à se diversifier dans d’autres industries et à construire une expérience utilisateur plus complète, en intégrant des services variés à chaque point de contact. Avec le temps, les géants chinois ont réussi à mieux comprendre et de façon plus claire leur environnement et ainsi être capable d’ajuster leurs focus et la direction de leur business, captant encore plus du marché.

Avec une capitalisation boursière de plus de 400 millions de dollars, Alibaba et Tencent ont été les plus agressifs dans la création de leur écosystème, grâce à un accès facilité au capital et des réserves significatives de cash.

Alipay, le pionnier

L’intégration d’un système de paiement a été le précurseur à cette plateformisation.   Alibaba a lancé Alipay en 2004 comme un service de type Paypal pour faciliter les transactions sur son site e-commerce. Depuis lors, à travers son bras financier Ant Financial, Alibaba est entré sur le marché du crédit, offrant des prêts pour accélérer la consommation sur sa plateforme de shopping en ligne. Sa division de prêts a doublé en 15 mois depuis début 2017. 

Elle a fait naître un nouveau système de confiance dans les transactions : le système d’évaluation du crédit social, Sesame Credit.  Il s’agit d’une note calculée sur base de son historique de crédit, de ses habitudes et comportements, ses finances, son réseau social, qui donne accès (ou pas) à certains privilèges sur les services liés à Alipay, comme ne pas payer de caution sur la location, ou la facilitation des procédures  d’obtention de visas pour certains pays.

(système de crédit social Sesame Credit)

Les ambitions d’Alibaba sont mondiales. L’objectif d’Ant Financial est d’atteindre 2 milliards d’utilisateurs dans les 10 ans.

WeChatPay, le rival

Son principal concurrent Tencent, mieux connu pour sa plateforme WeChat aux 889 millions d’utilisateurs actifs, a également son système de paiement WeChat Pay qui voit passer 500 milliards de dollars de transaction par an. 

Tencent est l’un des acteurs les plus avancés en terme de plateformisation grâce à sa messagerie WeChat qui accueille un nombre varié de services à l’intérieur de l’application, allant de livraison de repas à la commande d’un chauffeur et au paiement de factures entre autres.

Il tente de transformer sa plateforme de paiement WeChat Pay en plateforme de services financiers.  Le géant a déjà reçu des licences pour vendre des assurances, des micro-prêts et même pour vendre des fonds directement aux consommateurs.  

Le succès des mini-programmes

Tencent a lancé en janvier 2017 les mini-programmes, poussant les consommateurs chinois vers un âge où l’on peut accéder à ce que l’on veut, quand on veut, simplement via WeChat, et sans devoir télécharger d’applications.  Les mini-programmes sont importants car ils permettent les transactions et interactions O2O (online-to-offline) en connectant WeChat et le monde réel de manière plus puissante. Par exemple, Tencent a fait un effort délibéré de ne pas centraliser ses mini-programmes via une boutique officielle. Au contraire, les mini-programmes sont construits pour être utilisés quand besoin est.  Les mini-programmes ont grandi pour atteindre 200 variétés différentes englobant plus de 10 catégories différentes comme finance ou voyage et des services de divertissement comme réservation de tickets de cinéma.  Une innovation de plus pour offrir toujours plus de services via WeChat et rendre les utilisateurs captifs.

Les mini-programmes de WeChat

Et ce n’est pas fini.  Les géants chinois travaillent en ce moment avec le gouvernement chinois pour connecter les cartes d’identité nationales à leurs applications respectives en utilisant la reconnaissance faciale.  Cela voudrait dire qu’ils deviendraient incontournables pour accéder à des services comme le check-in dans les hôtels, la réservation de tickets de train ou l’accès aux programmes de sécurité sociale. Alibaba a déjà lancé sa carte d’identité électronique certifiée par le gouvernement dans 3 villes en Chine.

PARTAGER