FOCUS – La livraison éco-responsable : utiliser la technologie pour répondre aux enjeux environnementaux

211
Imprimer

Tandis que les consommateurs exigent une livraison de plus en plus rapide, ils deviennent aussi plus éco-responsables et favorisent une livraison plus verte. L’aspect social et éco-responsable d’une marque s’étend désormais aussi à ses pratiques de livraisons pouvant vite devenir un avantage concurrentiel. Entre emballages plastiques, colis retournés et pollution atmosphérique, les déchets s’accumulent et il devient pressant d’y remédier.

Comment associer rapidité et écologie dans le processus de livraison ?

 

Répondre à la demande des consommateurs et aux nouvelles réglementations avec les véhicules électriques

Plus loin que l’avantage concurrentiel que peut apporter une image plus verte, la capacité des entreprises à répondre aux nouvelles régulations environnementales devient également critique pour le secteur de la livraison. Madrid, Genève, Stuttgart, Amsterdam, Paris…, les grandes villes européennes s’allient contre les voitures à émissions de CO2 pour des centres villes moins pollués. Répondre à ces changements en maximisant les subsides et en intégrant les véhicules électriques à la livraison favoriserait la réduction des émissions. En 2019, Amazon commandait 100,000 véhicules électriques à ajouter à sa flotte américaine l’an dernier tandis que DHL livre déjà via des véhicules verts dans 23 villes françaises.

 

Implémenter les nouvelles technologies à la livraison du dernier kilomètre

Qu’il s’agisse d’un envoi aérien de dernière minute, de tentatives de livraisons répétitives ou de camions de livraison sillonnant les autoroutes à moitié vides, la livraison du dernier kilomètre donne lieu à de multiples inefficacités aussi polluantes que coûteuses. Selon l’ADEME elle représenterait ⅓ des émissions de CO2 en 2019 en plus d’une part de 53 % de la totalité des coûts d’expédition. Compte tenu des enjeux environnementaux actuels, de nombreuses innovations technologiques viennent répondre à cette problématique : Robots livreurs, drones, casiers intelligents et smarts contracts. Les implémenter au processus de distribution permettra de réduire les coûts de livraison tout en étant plus écologique.

 

 

La mise en place de logistiques inverses

Avec l’augmentation du nombre de colis retournés, dont seulement la moitié peut être revendus, maîtriser la logistique inverse représente un atout. H&M par exemple, design sa nouvelle collection écologique en recyclant les vêtements de toutes les marques et Apple récupère les anciens produits de ses consommateurs pour en réutiliser les pièces. Après avoir mis au point son premier robot décortiqueur en 2016, son nouveau robot Daisy est capable de démonter 200 iphones par heure. Un processus de logistique inverse avancé permettrait d’éviter les erreurs lors des étapes de tri, démantèlement et re-fabrication ainsi que de réduire les coûts liés aux pertes des retours. Une solution qui rend possible des retours plus rapides et transparents pour regagner la confiance des consommateurs de façon éco-responsable.

De nombreuses solutions innovantes basées sur les nouvelles technologies existent déjà et leur intégration permettra aux entreprises de garder une compétitivité croissante à travers des livraisons rapides, moins coûteuses et ce, dans le respect de l’environnement. Un frein à ce développement reste cependant l’acceptation du public face à ces technologies qui surprennent.