L’interview de Marc Lolivier, Délégué Général de la Fevad

989
Imprimer

1/ Quel est l’objectif de la Fevad derrière la création du concours Start Me Up, et comment a évolué le concours au fil des années ?

L’objectif du concours qui a été créé il y a 6 ans est de mettre en avant les innovations qui permettent de faire progresser encore plus vite le e-commerce. Notre objectif est à la fois d’identifier ces innovations, de les promouvoir et de les diffuser à l’ensemble du secteur. Nous sommes convaincus que l’innovation est une des clés du e-commerce.

Start Me Up a évolué depuis sa création. Les critères de sélection des start-up restent les mêmes, mais dans les premières éditions, le jury délibérait en huis clos, et nous avons trouvé que c’était tellement intéressant et enrichissant que nous avons rendu public ce moment d’échange. Les discussions entre membres du jury, qui sont des professionnels reconnus et des experts, et ces jeunes pousses, sont un moment d’échange extrêmement intéressant car il permet de confronter les solutions aux besoins des e-commerçants ; et on se nourrit par la suite de la richesse de ces échanges pour comprendre comment le secteur évolue ainsi que ses besoins.

Au-delà des start-up, il y a aussi l’annuaire que l’on met à disposition de tous les acteurs du marché et que l’on enrichit chaque année par les start-up qui sont passées par Start Me Up. L’annuaire permet aux acteurs du marché d’identifier les start-up leur permettant d’accélérer leur développement et la qualité de leur service, et profite en particulier aux entreprises de taille moyenne qui n’ont pas nécessairement les moyens de faire du sourcing.

2/ Pourquoi avoir choisi Weglot et qu’avez-vous pensé des start-up sélectionnées ?

Dans le concours Start Me Up, ce sont le jury et le public qui votent. Les solutions proposées par les 5 finalistes retenus sont innovantes dans des secteurs bien différents, reflétant les attentes des e-commerçants : sécurité, parcours client, RSE, paiement, logistique…

Fruggr par exemple offre une solution de RSE pour les entreprises, ce qui est devenu une priorité stratégique à la fois pour les clients et les e-commerçants. Weglot de son côté apporte une solution pour le développement international, crucial en Europe, ce qui explique, outre la qualité de la solution, pourquoi elle a été élue gagnante.

En somme, toutes ces solutions étaient au cœur des préoccupations des e-commerçants, répondant à des problèmes concrets et apportant une véritable innovation.

3/ Quelles tendances pouvez-vous observer au sein des start-up candidates cette année ?

Sur la cinquantaine de start-up candidates, il n’existait pas réellement de tendance se dégageant, mais plutôt une compréhension dans sa globalité du secteur du e-commerce. Elles couvrent en effet l’ensemble des composants du e-commerce, notamment le marketing, la logistique et le paiement, qui sont assurément les 3 grands domaines d’activité du e-commerce.
Le concours Start Me Up a cette année bien reflété la richesse et la diversité de la French Tech, et plus particulièrement de la Retail Tech, très efficace et innovante en France. On a ainsi de très belles réussites en France, des licornes comme Mirakl, Content Square ou Criteo, avec des solutions dont peuvent bénéficier les commerçants. Ce concours a été créé avec la conviction que la French Tech est un puissant levier de croissance et d’innovation.

4/ Souhaitez-vous ajouter quelque chose ?

Oui, tout d’abord, on invite toutes les start-up à candidater pour la prochaine édition afin de représenter la French Tech.
De plus, on va bien sûr accompagner les 5 finalistes et lauréats comme on le fait chaque année, car le concours Start Me Up n’est pas juste un challenge mais aussi un accompagnement.

Enfin, nous remercions évidemment le jury pour leur travail, sans eux, ce concours ne pourrait pas avoir lieu. Le jury permet réellement d’analyser la solution proposée par les start-up et son potentiel réel en termes de valeur ajoutée et de bénéfices.