Selon le dernier rapport de l’Observatoire de la sécurité des cartes de paiement (OSCP), le taux de fraude sur les paiements par carte à distance (par téléphone, courrier ou internet) continue à diminuer (0,228 % contre 0,248 % en 2014), tout en restant supérieur à celui des autres transactions.

De ce fait, les paiements à distance représentent toujours la majeure partie de la fraude en montant (66,5 %) alors qu’ils ne constituent que 11,6 % du montant total des paiements au niveau domestique.

Dans le même temps, la fraude transfrontière (tous types de canal d’achat confondus, magasin, retrait, à distance …) continue de se développer de façon significative, pour approcher les 300 millions d’euros en 2015, soit une progression de 30 millions d’euros sur un an (avec un taux de fraude de 0,372 %).

Ainsi, les transactions transfrontières supportent 57 % de la fraude, alors qu’elles ne représentent que 12,6 % du total des paiements en montant. Cette fraude est toutefois hétérogène mais là aussi le canal de vente à distance reste le plus vulnérable, avec des taux de fraude supérieurs à 1 %, sauf pour les paiements auprès d’e-commerçants établis en France par des porteurs de cartes de l’espace SEPA (0,529 %), qui bénéficient du bon niveau d’équipement des e-commerçants français en dispositif d’authentification forte.

OSCP_tableau
La poursuite des actions conduites par les commerçants et les émetteurs de cartes pour renforcer la sécurité des paiements à distance, que l’Observatoire a fortement encouragée et accompagnée (elles sont présentées en première partie du rapport), a joué un rôle clé dans cette réduction de la fraude domestique. En effet, la poursuite de la baisse du taux de fraude sur les paiements par carte sur internet est le résultat des efforts réalisés par les émetteurs et les e-commerçants pour diffuser l’utilisation de dispositifs d’authentification forte :
• la quasi‑totalité des porteurs effectuant des paiements en ligne sont désormais enrôlés dans un dispositif d’authentification forte ;
• du côté des e-commerçants, le taux d’équipement en dispositif d’authentification forte continue de progresser, à 66 % contre 58 % un an auparavant. Cette adoption a pu être favorisée par un taux d’échec sur les transactions authentifiées particulièrement maîtrisé et inférieur à celui sur les transactions non authentifiées, confirmant ainsi que les consommateurs se sont habitués à l’authentification forte, notamment via le système « 3D-Secure ».

Le recours accru à l’authentification forte a créé le besoin d’apporter aux e-commerçants une meilleure visibilité sur l’état de fonctionnement des systèmes d’authentification. Pour y répondre, un dispositif de contact, mis en place et administré par le secrétariat de l’Observatoire depuis le 1er juillet 2016, permet désormais aux différentes parties prenantes (commerçants, banques, systèmes de paiement par carte ou prestataires techniques) d’assurer une meilleure circulation de l’information en cas d’incidents sur les systèmes d’authentification.

Source : OSCP | Télécharger le rapport – Contact fevad :Bertrand Pineau

Voir aussiBertrand Pineau
SourceOSCP
PARTAGER