Etude Mastercard – Les PME familiales à l’ère du numérique : un enjeu majeur de transformation

1477
Imprimer

Tandis que l’économie se tourne de plus en plus vers le numérique, les petites entreprises familiales de France et d’Europe risquent de se faire distancer par leurs concurrents, selon une nouvelle étude de Mastercard. Convaincre les membres de la famille de se lancer dans le processus de modernisation et de trouver les solutions numériques les plus adaptées : voilà les principaux défis auxquels sont confrontées les petites entreprises familiales.

Au total, les PME représentent 99% de l’ensemble des entreprises européennes. Selon le Parlement européen, la majorité d’entre elles sont des entreprises familiales, et le plus souvent des micro-entreprises de moins de 10 employés.

Selon cette étude, malgré leur forte présence, seulement 42% des PME familiales en France (vs 37% en Europe) se sentent très prêtes à évoluer dans une économie numérique.

Mastercard joue un rôle clé dans la numérisation des PME européennes. La société est au service de 4 petites entreprises sur 5, soit environ 18 millions d’entre elles. Elle a mené cette étude dans 15 pays afin de comprendre comment les petites entreprises réagissent aux transformations de l’économie et de la société en Europe, et se tournent de plus en plus vers le numérique.

L’adoption du numérique, un enjeu majeur

Les entreprises familiales se sont rapidement adaptées au monde numérique, qui a vu le jour suite à la pandémie. En effet, en France, près de la moitié d’entre elles (44%) ont augmenté leur utilisation de solutions de paiements numériques. L’étude révèle cependant que les entreprises familiales ne savent pas toujours quelles ressources et technologies numériques seraient les plus adaptées à leurs activités.

Moins de la moitié d’entre elles (40%) ont déclaré vouloir utiliser de nouveaux outils numériques pour moderniser leur entreprise, tandis qu’un nombre significatif d’entre elles (22%) sont incapables de désigner avec certitude la solution la mieux adaptée.

Contre toute attente, parmi les freins à la numérisation figurent les inquiétudes qui entourent la protection de la vie privée (43%) et la cybersécurité (54%). Ces problématiques préoccupent moins les entreprises non familiales, ce qui donne à penser qu’elles ont peut-être mis en place de meilleurs systèmes de protection et se sentent ainsi plus en sécurité.

En Europe, c’est la dépendance à la connexion internet qui est l’obstacle le plus cité par près d’un tiers (30%) des entreprises familiales, pour lesquelles l’adoption de nouvelles solutions numériques pourrait soutenir leurs activités commerciales.

Les dynamiques familiales au coeur de la gestion de l’entreprise

Le fait d’être une entreprise familiale pose des difficultés particulières pour la gestion de l’entreprise. Dans ces cas-là, la modernisation peut s’avérer plus compliquée. L’un des problèmes qui émerge d’emblée en France est la résistance au changement : certains salariés estiment que leur entreprise familiale n’est pas ouverte à l’idée d’adopter et d’essayer de nouvelles choses (30%). Les générations plus anciennes se montrent plus réticentes à l’idée de le faire.

La gestion des relations entre les membres de la famille constitue également un facteur unique dans les entreprises familiales. De fait, 19% d’entre elles déclarent que les relations personnelles avec leurs proches constituent le plus grand obstacle à surmonter au travail. Il est intéressant de noter que la planification de la succession a été un véritable enjeu pour certaines PME : 17% d’entre elles ont déclaré qu’il y avait un conflit sur la question de savoir qui reprendrait les rênes de l’entreprise à l’avenir.

Dans l’ensemble, les personnes interrogées se disent satisfaites de travailler avec leurs proches. Par rapport aux entreprises non familiales, les entreprises familiales abordent leurs objectifs de croissance avec plus de confiance pour l’année à venir : elles sont 49% à espérer croître, vs 42% pour les non-familiales. A l’inverse, seul 1% des entreprises familiales imagine décliner, vs 6% pour les non familiales.

Le fait que les entreprises familiales n’arrivent pas toujours à déterminer le moment opportun pour moderniser leur activité, couplés aux dynamiques familiales, pourrait accroître le risque que certaines petites entreprises familiales soient finalement distancées par des concurrents qui savent mieux s’adapter.

Soutenir les entreprises familiales

Les entreprises familiales souhaitent vivement bénéficier de plus d’offres de formation et de mentorat pour les aider à se développer. Presque la moitié d’entre elles souhaitent moderniser l’entreprise en utilisant des outils numériques de manière plus efficace. Cela montre que les petites entreprises familiales ont la volonté de se perfectionner et d’évoluer avec le temps, mais qu’elles ont besoin d’être plus accompagnées pour y parvenir : c’est l’occasion parfaite pour les soutenir.

« Les petites entreprises sont véritablement le moteur de l’économie européenne : elles emploient 82 millions de personnes et ont été capables de faire preuve d’une résilience incroyable lors des périodes difficiles. Cependant, de nombreuses PME, en particulier celles qui sont gérées par des familles, ont besoin d’un soutien supplémentaire pour prospérer dans un monde en constante transformation », a déclaré Mark Barnett, président de Mastercard Europe. « Sans aide, il y a un risque que nos petites entreprises locales soient incapables de répondre aux nouvelles demandes des consommateurs et de rester compétitives. Mastercard soutient déjà 4 petites entreprises sur 5 en Europe et s’engage à les aider à suivre l’évolution du paysage numérique grâce à une gamme de solutions, de ressources et d’outils numériques. »

Mastercard a identifié trois principaux obstacles à la croissance des petites entreprises en Europe : la capacité de recevoir et d’effectuer des paiements, l’accès au financement pour soutenir la croissance à long terme et l’accès aux outils qui aident les entreprises à rejoindre l’écosystème numérique. Pour y remédier, Mastercard s’appuie sur son infrastructure, sa technologie et ses partenariats pour répondre aux besoins des PME.

« Comme le révèle l‘étude, les deux freins principaux à la numérisation évoqués par les dirigeants des entreprises familiales en France sont la cybersécurité (54%) et la protection des données (43%). Néanmoins les entreprises familiales, de par leur organisation, sont plus promptes à prendre des décisions (41% vs 29%) et plus proches des consommateurs (65% vs 29%) que les entreprises non-familiales.
Les accompagner et leur apporter le soutien dont elles ont besoin dans leur transformation numérique permet donc de les faire évoluer sensiblement plus rapidement pour assurer leur compétitivité.
Ce sont les actions que nous avons engagées depuis déjà plusieurs années auprès des TPE-PME en France, en partenariat avec la CCI-IdF et par le développement d’outils et solutions adaptés à leurs besoins au sein du Mastercard Trust Center », déclare Brice van de Walle, Directeur général, Mastercard France.

Des programmes notables ont été récemment lancés en Europe. L’initiative Strive a été mise en place en République tchèque et au Royaume-Uni. Elle permet aux micro- et petites entreprises de prospérer dans l’économie numérique en débloquant l’accès au capital et en fournissant gratuitement des conseils, des outils et un mentorat.

En outre, le programme primé Start Path aide les startups et les petites entreprises à lever des capitaux, à se connecter à un environnement de paiement plus large et à créer une économie plus inclusive.

Pour obtenir plus d’informations sur les outiles et les avantages que propose Mastercard pour aider les PME à se développer, rendez-vous sur le centre de Confiance Mastercard.