Accueil > Espace presse > Communiqués 2014 > Bilan du e-commerce en France : les ventes sur internet franchissent la barre des 50 milliards d’euros en 2013

Communiqués 2014

Publié le jeudi 30 janvier 2014

Bilan du e-commerce en France : les ventes sur internet franchissent la barre des 50 milliards d’euros en 2013

Paris, le 30 janvier 2014

COMMUNIQUE DE PRESSE

A l’occasion de sa conférence de presse sur le bilan annuel du commerce électronique, la Fevad a publié ses derniers chiffres sur l’état du e-commerce en France en 2013.

Cette étude repose à la fois sur les informations recueillies auprès des principaux sites marchands et sur le montant agrégé des transactions réalisées par les principales sociétés prestataires de paiement pour le compte de 138 000 sites internet. La permanence de la méthodologie et le traitement des données ont été validés par le cabinet KPMG.

Les Français ont dépensé plus de 50 milliards d’euros sur internet
en 2013

En 2013, malgré la dégradation du contexte économique, les ventes sur internet ont continué de progresser. Au total les Français ont réalisé plus de 600 millions de transactions en ligne sur l’année pour un montant de 51,1 milliards d’euros. Le montant total des ventes s’affiche en hausse de 13,5% sur un an, alors que le nombre de transactions a lui bondi de 17,5%.

Ce bilan tient compte des bons résultats enregistrés par les sites de e-commerce à l’occasion des fêtes de fin d’année. Selon la Fevad, les ventes de Noël ont franchi la barre des 10,1 milliards d’euros, en hausse de 12,5 %.

Une croissance toujours soutenue par l’offre et la demande
mais ralentie par la baisse du panier moyen

L’offre de produits et services en ligne continue de progresser. Le rythme de création de sites reste toujours aussi dynamique : le marché du e-commerce français atteint désormais les 138 000 sites actifs soit une progression de 17% en un an ce qui représente 20 000 nouveaux sites. Ainsi, entre 2005 et 2013, l’e-commerce totalise près de 10 fois plus de sites marchands et un chiffre d’affaires multiplié par 6.

La demande est tirée par l’arrivée de nouveaux acheteurs en ligne : +5% sur un an (source : Médiamétrie) et par l’augmentation de la fréquence d’achats : en moyenne 18 transactions par an et par acheteur (16 en 2012).

La baisse du panier moyen déjà enregistrée en 2012, s’est poursuivie en 2013. Sur un an le montant moyen de la transaction recule à nouveau de 3,5%. Il atteint au dernier trimestre 2013 le niveau le plus bas jamais enregistré à 83 €. Sur l’année 2013 le panier moyen est de 84,5 € (vs 87,5 € en 2012).

L’indice iCE en augmentation de 4% sur l’année

En 2013, les sites du panel Fevad iCE 40 (qui permet de mesurer la croissance des sites leaders, à périmètre constant) ont vu leur chiffre d’affaires progresser de +4% sur un an malgré un recul de la consommation de détail hors alimentaire de 2% sur l’année (Source : Banque de France).

Les sites de ventes de produits grand public (places de marchés comprises) ont enregistré une croissance accélérée à Noël de +9%. La croissance de l’année, freinée par le 1er trimestre, est de 6%.

Les sites e-tourisme, dont la croissance est ralentie depuis le début de l’année, ont augmenté leur chiffre d’affaires de 3% sur l’ensemble de l’année.

Quant aux ventes aux professionnels, malgré un bon rythme de progression au 2ème semestre de +5%, elles enregistrent une croissance annuelle d’1%.

Le m-commerce et les places de marché toujours en forte hausse

L’indice iPM, destiné à mesurer le volume des ventes réalisées sur les places de marché (ventes réalisées par les sites hébergés sur les places de marché de l’iCE40), a progressé de 42% au 4ème trimestre. Elles représentent 16% du volume d’affaires total des sites participant à l’iPM (vs 12% au 4ème trimestre 2012). Sur l’année, le volume d’affaires des places de marché totalise 15% du volume d’affaires total des sites de l’iPM contre 10% en 2012. Le volume d’affaires réalisé sur les places de marché a doublé en 2 ans 1/2.

Les ventes sur l’internet mobile (smartphones et tablettes, sites mobiles et applications hors téléchargements d’application et hors ventes sur les places de marchés) poursuivent leur développement avec +97% au 4ème trimestre 2013 par rapport au 4ème trimestre 2012. En 2013, les sites du panel iCM ont réalisé 11% de leur chiffre d’affaires sur mobiles et tablettes (vs 5,5% en 2012). En 3 ans, leurs ventes sur mobiles et tablettes ont été multipliées par 5,5.


Méthodologie :

Les données collectées auprès des sites marchands correspondent aux définitions suivantes :

Indice commerce électronique (iCE) : chiffre d’affaires réalisé directement par les entreprises du panel iCE 40 sur l’internet fixe et mobile. Les sites qui éditent une market place ne comptent pas le volume d'affaires réalisé sur la market place, ni les commissions générées. Uniquement les commandes livrées en France. Tous les lieux de livraison sont retenus (y compris retraits en magasin). Il s’agit du chiffre d’affaires commandé (on considère la date de prise de commande et pas la date de livraison). Annulations, échanges et retours déduits, frais de port compris, T.T.C pour les ventes aux particuliers, HT pour les ventes aux professionnels.

Chiffre d’affaires tourisme : chiffre d’affaires France net comptable (y compris frais de dossier).

Indice place de marché (iPM) : ensemble des ventes réalisées sur la market place par les sites utilisateurs.

Indice commerce mobile (iCM): chiffre d’affaires réalisé directement par l’entreprise sur smartphones et tablettes numériques dans le cadre des sites mobiles et applications (hors téléchargements d’applications). Les sites qui éditent une market place ne comptent pas le volume d'affaires réalisé sur la market place ni les commissions générées.

Composition du panel iCE 40 : Les résultats du bilan e-commerce ont été calculés à partir du panel iCE 40 composé des sites suivants :

3 Suisses, Accor-Hotels,  Actissia, Air France, Auchan, Blanche Porte, Boulanger, Brandalley, Camif Collectivités,  Cdiscount, Cdiscount Pro, Club Med, Darty, Edreams, Ebookers, Fnac, Go Voyages, Bruneau, Kiabi, La Redoute, Lastminute, LDLC Pro, Manutan, Mistergooddeal, Opodo, Pixmania, Pixmania Pro, Raja, Rue du commerce, Rue du Commerce Pro, Sarenza, Showroomprivé, Spartoo, Staples, Vente-privee.com, Verbaudet, Viking Direct, Voyages-sncf.com, Welcome Office, Yves Rocher.

Composition du panel PSP : Pour les besoins de l’étude, la Fevad interroge un panel de plateformes sécurisées de paiement, totalisant 138 000 sites : Worldline,Crédit Mutuel-CIC, Monext, Ogone, PayBox, Paypal, PayZen.

Estimation du marché global : Le calcul de l’estimation de marché global est obtenu en agrégeant les données recueillies auprès des sites du panel iCE40 et la valeur des paiements électroniques (hors membres du panel iCE.40) communiqués par les prestataires participant au panel PSP

A propos de la Fevad :

La Fédération du e-commerce et de la vente à distance, créée en 1957, fédère aujourd'hui 580 entreprises et 800 sites internet. Elle est l’organisation représentative du secteur du commerce électronique et de la vente à distance. La Fevad a notamment pour mission de recueillir et diffuser l’information permettant l’amélioration de la connaissance du secteur et d'agir en faveur du développement durable et éthique de la vente à distance et du commerce électronique en France.

A propos de KPMG                                    

KPMG SA, premier cabinet d’audit et d’expertise comptable en France, assure un contrôle de cohérence et de permanence des méthodes utilisées par la Fevad pour élaborer les indices qu’elle publie. Très présent dans le secteur de la distribution sous toutes ses formes, KPMG intervient en tant qu’auditeur ou expert conseil auprès de plus de 70 000 clients. KPMG SA est aussi l’auditeur de grandes sociétés cotées.

Les membres de la Fevad