Imprimer

Nous vous rappelons que dans le cadre de la migration DSP2, les transactions de plus de 2000 euros font désormais l’objet d’un « soft decline » depuis le 1er octobre ! Le pilotage hebdomadaire mis en place par l’OSMP et auquel participe la Fevad montre que cette mesure porte ses fruits et que de plus en plus de marchands procèdent à une authentification forte systématique de ce type de transaction plutôt que de passer par le « soft Decline » dont la gestion reste complexe.

Cette approche devient cruciale dans la mesure où le calendrier tourne et que, période de Frozen zone oblige, il ne vous reste plus beaucoup de temps pour tester et transformer vos flux de paiements de telle manière que vos transactions ne soient pas refusées à compter du 1er avril 2021.

La période de reconfinement ajoute à la pression pour que le e-commerce ait la capacité de palier les limitations d’achat en magasin en cette fin d’année.

Conformément aux éléments présentés au Plénier de l’OSMP de juin 2020, la stratégie d’émission de « soft decline » s’attache également à préserver les secteurs les plus affectés par la crise du COVID-19, notamment dans les secteurs du voyage, de l’hôtellerie et de l’événementiel.

Voir https://www.fevad.com/migration-dsp2-softdecline/

Selon le plan établi par l’OSMP, le montant à partir duquel le « soft decline » se déclenche baissera progressivement : il passera à 1000 euros en janvier 2021 et devrait être conforme aux RTS à partir d’avril avec un rejet des transactions non authentifiées de plus de 500 euros.

Continuité des infrastructures d’authentification

Les infrastructures monétiques 3DSV2 avaient montré ces derniers mois un certain nombre de fragilités, incompatibles avec les nouvelles obligations d’authentification. C’est pourquoi des actions correctives ont été engagées qui ont été déployées par les prestataires concernés au mois d’octobre chez les différents émetteurs.

Il n’en demeure pas moins que des pannes sont toujours possibles : c’est pourquoi la Fevad, aux côtés des autres fédérations de commerçants et en partenariat avec les banques, les schemes et sous l’autorité de la Banque de France ont arrêté un certain nombre de principes pour que l’activité puissent se poursuivre en cas d’incident sur l’une ou l’autre des briques de la chaine de paiement.

Il a notamment été explicitement demandé dans un premier temps que les émetteurs stoppent les émissions de « soft decline » en période d’incident de manière à laisser passer au maximum les transactions qui techniquement seraient dans l’incapacité de faire l’objet d’une authentification. L’ensemble du dispositif de continuité d’activité devrait être opérationnel avant la fin de l’année.

Nous vous engageons vivement à poursuivre avec vos prestataires PAT les tests de ces nouvelles infrastructures qui exigent pour les parcours les plus complexes beaucoup de mises au point. Pour toute information, n’hésitez pas à nous contacter pour un diagnostic et/ou une mise en relation avec les experts du marché.

Contact Fevad :bpineau@fevad.com