2023 : l’impossible retour à la normale ?

716
Imprimer

Plus le temps passe, et plus nous comprenons que l’époque pré-Covid, avant le printemps 2020, est probablement révolue à jamais. Nous étions portés, et ce depuis une quinzaine d’années, par une croissance du marché régulière et ininterrompue, entre 12% et 15% d’une année sur l’autre, que ce soit pour la vente de produits ou de services. Bien sûr cette croissance n’arrivait pas par hasard, elle était le fruit de vos efforts, des innovations que vous apportiez et qui étaient saluées par le consommateur : la croissance du e-commerce semblait irrésistible.

Mais aujourd’hui, après 2 ans passablement bousculés par les confinements et les stop-and-go successifs dus aux fermetures de magasins ou d’aéroports, les perturbations liées au Covid semblent terminées sans que nous ayons retrouvé le rythme de croissance de la décennie 2000 : les habitudes ont profondément changé durant ces deux années. Le rapport au travail, ou au télétravail, a été bouleversé, surtout chez les plus jeunes, et nombre d’entreprises peinent à recruter. Et le consommateur aussi a changé d’habitudes, que ce soit pour la livraison de repas à domicile, le streaming préféré au cinéma, ou la pratique du clic & collect.

Et puis est arrivée une crise de l’énergie d’une violence inouïe, associée à des difficultés d’approvisionnement, qui ont renchéri tous les prix, et sans doute de manière durable. Les entreprises sont les premières à faire face à des hausses du prix du gaz ou de l’électricité qui, pour beaucoup, leur sont insupportables. Le gouvernement a mis en place des aides, mais elles ne compensent que partiellement la hausse des factures.

Et ces hausses de prix affectent aussi les consommateurs, qui deviennent encore plus sensibles aux prix, car ceux des dépenses contraintes (énergie ou alimentation) ont flambé. Ajoutez à cela une conscience écologique qui augmente, avec une part grandissante de consommateurs soucieux de l’empreinte carbone de leurs achats, et nous avons des conditions de business sensiblement plus difficiles et incertaines qu’il y a 3 ans.

Heureusement, les indicateurs fondamentaux du e-commerce sont toujours excellents, et en premier lieu la satisfaction des acheteurs. Mais vous avez devant vous des consommateurs plus exigeants, peut-être moins insouciants qu’il y a 3 ans. Et quant à nous, à la Fevad, nous continuerons de veiller à ce que l’environnement législatif dans lequel vous travaillez vous soit le plus favorable possible, pour qu’aux difficultés business ne viennent pas s’ajouter des obstacles réglementaires.      

Je vous souhaite en tout cas une excellente nouvelle année, pleine de succès pour votre entreprise et de joie sur un plan personnel. Bon 2023 à tous et à toutes !

François Momboisse, Président de la Fevad