David-Henri Bismuth – L’invité du LAB Fevad

4655

Directeur du Lab de Niji

Diplômé de l’ESCP en 2010, David-Henri a débuté sa carrière en tant que consultant pour de nombreuses grandes entreprises (Coca-Cola, Warner Music Groupe, CA, P&G, Grey …) avant de rejoindre, il y a 4 ans, NIJI.

C’est au sein de cette société de conseil, de design et de technologies, entièrement dédiée aux usages de la convergence numérique, qu’il crée, il y 3 ans, le LAB. Le LAB de NIJI explore les enjeux métiers des innovations technologiques et des nouvelles interfaces : évolutions des usages, du design, impact métier et technologique. Il manage aujourd’hui une équipe d’une dizaine de designers et développeurs.
1.    Niji était présent au CES 2017 au sein de la délégation du Village by CA, quel était l’objectif de la délégation de présenter 6 startups ?

C’est la troisième année consécutive que le LAB participe au CES, au sein de la délégation de Village by CA. La nouveauté cette année, c’est que la délégation comptait 6 startups ; Jooxter, Trovolone, Wiidii, I-lunch, Sphere, Jaeger & Lewis.

L’objectif est simple : permettre aux startups de tester le marché, rencontrer des investisseurs potentiels, trouver des relais et moyens de distribution internationaux, mais surtout en France. Si le CES est un événement international, nombreuses étaient les startups françaises ravies de la visibilité conférée par l’événement et de pouvoir accéder au réseau des grands groupes français.

2.    Quelle(s) grande(s) tendance(s) avez-vous identifiée(s) ?

De ce cinquantième CES, 7 tendances semblent ressortir :

  • De la Smart Home vers un smart world
  • Du bien-être connecté vers la santé connectée
  • Automobile, vers une révolution de la mobilité
  • Des modes d’interaction de plus en plus sensoriels
  • Une immersion digitale de plus en plus totale
  • L’industrie qui se transforme
  • Des technologies de plus en plus matures

3.    Selon-vous, quelles ont été les innovations majeures présentées lors du CES 2017 qui pourraient impacter l’e-commerce?

Je pense que peu d’innovations vont impacter l’e-commerce, si ce n’est toutes les technologies liées à la cuisine connectée permettant des achats alimentaires. Par exemple :

  • Le frigo connecté permettant le réapprovisionnement grâce à une commande en ligne. Nombreuses étaient les entreprises à présenter cette technologie, voici quelques exemples : Haier, Samsung Family Hub, LG Smart Instaview Refrigerator… Je reste cependant prudent sur le fait de pouvoir faire son shopping depuis son réfrigérateur car, si cela fait des années que les constructeurs l’annoncent, la mise en place effective se fait toujours attendre ;
  • La technologie Scan-to-Cook de Whirlpool : il s’agit d’une application connectée à un four, on scanne un produit ou une recette et automatiquement fours et micro-ondes sont paramétrés ;
  • Eugene by Uzer : non seulement cette poubelle connectée, développée par une startup française, vous permet de faire vos courses en un clic (comme l’ont fait Amazon, Chronodrive avec Hiku…), mais en plus, Eugene vous aide à faire le tri dans vos déchets. La startup travaille notamment avec Casino Drive.

Sur l’avenir de l’e-commerce, j’ajouterai que la technologie Amazon Alexa était largement présente sur ce CES, même s’il faut savoir qu’aujourd’hui elle n’est pas disponible  sur le marché français. Un point important, c’est que la Google Home était un grand absent. Or Google a racheté API.ai une entreprise qui fait du NLP (natural language processing) et qui possède, nativement, la langue française, ce qui n’est pas le cas d’Alexa. Je pense que Google Home va rapidement pénétrer le marché français, contrairement à l’assistante virtuelle d’Amazon.

Enfin, Alibaba a retenu mon attention pour sa technologie de shopping en réalité virtuelle (VR) avec leur entité Buy+. Le géant de l’e-commerce en Chine annonce plus de 8 millions d’utilisateurs pour le Single Day’s global shopping festival, en partenariat avec de nombreux distributeurs tels que Macy’s, Cosco, …. Avec Buy+ Alibaba est le premier à travailler sur le paiement en VR. Au travers d’Alibaba, la Chine confirme sa volonté d’innover et démontre qu’elle est capable de le faire !

  1. Le mot de la fin – Quelle innovation vous a le plus marquée ?

Sans hésitation,  MyGenomeBox avec GEN2ME dans le secteur de l’E-santé. Cette petite boîte permet de décoder son ADN, et ce qui est nouveau, c’est son prix : 150$, très abordable car cela coûtait des millions d’euros il y a quelques années.

Ce qui m’a vraiment bluffé c’est qu’une plateforme digitale de collaboration a été mise en place en parallèle, MyGenomeBox, qui permet d’uploader son ADN et de souscrire à des applications gratuites ou payantes, tel un Appstore.  Ces applications, via l’analyse de votre ADN, vont ensuite vous donner des recommandations. Là où c’est encore plus impressionnant, c’est la  plateforme communautaire sur laquelle les utilisateurs vont pouvoir déclarer des maladies, et donc l’analyse de ces données permettra, à terme, de décoder le génome humain.

Si la plateforme ne compte aujourd’hui qu’une vingtaine d’utilisateurs, c’est parce qu’elle vient à peine d’être lancée mais je lui prédis un brillant avenir !

PARTAGER